navigation

3 septembre, 2009

Posté par slmh dans : POLITIQUE , trackback

         GENERATION 80 : REVEILLONS NOUS.

« La première des vertus est le dévouement à la patrie » NAPOLEON Ier

   Aujourd’hui c’est un truisme de dire que la cote d’ivoire va mal, pis : mon pays est au pinacle de tout  ce qui pouvait lui arriver de plus dramatique et pitoyable, la cote d’ivoire va très mal, la cote d’ivoire va trop mal, la Côte D’ivoire s’engouffre dans les méandres du catastrophique. Il en est ainsi depuis une bonne dizaine d’années, et cet état de fait s’est hypertrophié depuis le 19 septembre 2002.  19 septembre 2OO2, date marquée indélébilement dans la tête de nombreux ivoiriens, comme l’a été le 11 septembre dans la tête de nombreux américains, et comme l’ont été de nombreuses dates dans la tête de nombreux peuples depuis les premiers vagissements de notre siècle. 19 septembre 2002 jour cauchemardesque des récoltes conséquences de nos inconséquences et de celles encore plus grandes de nos caciques. Septembre 2002 mois où nos chérubins déjà moribonds ont pris la poudre d’escampette, septembre 2002 où les coups de feu ont chantés le thrène de ma mère patrie, 19 septembre ou nous calanchions… Comme j’aurais voulu que tu sois rêve 19 septembre 2002, que tu ne sois même pas. Mais hélas tu es, et je te hais. Tu es, et tu étais prévisible. 19 septembre 2002 … C’est en effet à cette date que nos pseudo-révolutionnaires, ces ‘’Guevara’’  des temps modernes ont pris les armes pour combattre l’injustice et lutter contre nos tares sociales. Depuis, 7 printemps sont passés, le temps a fini par lever le voile sur le fatras des événements que nous avons connus. Concernant la nébuleuse rébellion ivoirienne  tout est désormais clair : elle n’a été qu’une imposture de plus, comme de celles dont notre pays a fini par s’acclimater depuis des dizaines d’années. Le temps nous a permis de comprendre. Le temps, Baudelaire nous en rappelait la belle laideur quand il nous disait a travers ces mirifiques vers :

« …Souviens-toi que le temps est un joueur avide ,Qui gagne sans tricher, à tout coup !c’est la loi … »                   

Et bien, derechef en cote d’ivoire le temps a gagné, en plus de gagner il nous a fait gagner à nous  ivoiriens, il nous à fait découvrir la vraie face de nos ‘’libérateurs’’ et de nos ‘’rebfondateurs’’ ; celle d’une bande de filous et de félons. Le temps nous a surtout permis de comprendre que les armes sont inefficaces pour la résolution de  nos contradictions. 

‘’Le mérite’’ que nous devons ou pouvons tout de même reconnaitre à cette rébellion, c’est de nous avoir dessillé car nous savons tous aujourd’hui que toutes ces vexilles de la xénophobie, discrimination, tribalisme, ‘’ethnicisme’’, ‘’l’ivoirité’’( je pense que ces maux existent vraiment chez nous comme dans tout les pays , qu’ils ne sont pas les seuls problèmes de la cote d’ivoire et que les armes ne peuvent assurément pas les solutionner) qu’on nous brandissait n’étaient que de la paille a l’œil . Tout est question de partage de pouvoir et rien d’autre, le sort des masses ne vaut pas le radis des politicailleries de nos politicards. Il suffit d’analyser les actes qu’ils posent tout en se familiarisant à la kyrielle d’accords qu’ils signent pour en être convaincu. Ces accords et les solutions qui y sont proposées : je n’arrive jusque la pas à les intégrer à mon psychique comme pouvant être les curatifs de toutes les souffrances des ivoiriens. A tord peut être ?

Au-delà des verbiagénations de nos politicards, la cote d’ivoire ne s’est jamais portée aussi mal.  La concaténation de faits et d’actes indignes des masses ivoiriennes et aussi déplorables les uns que les autres sont monnaies courantes chez nous : cybercriminalité, apologie de la médiocrité, culture du non savoir, prostitution, extrême prévarication, grand banditisme, alcoolisme, chômage, pornographie…tels sont les nouveaux éléments définitionnels des éburnéens ; peuple autrefois si beau, si bon, si fier…  Un crime est en commis contre l’avenir de tout ces jeunes qui auraient pu ou du faire florès en médecine, architecture, aéronautique, droit, économie, physique, chimie… Les jeunes ivoiriens sont aujourd’hui les orfèvres de toutes les pratiques peu et non enviables que sont le viol, l’amour du vice, l’immoralité, l’escroquerie… Notre havre de paix et de bonheur a tout simplement perdu de sa superbe. Cette situation va crescendo sans que personnes ne s’en émeuvent, oubliant ainsi que dans un pays, une nation, un Etat… lorsque tout va mal ceux qui ont la possibilité d’agir ont le devoir et la responsabilisé de le faire. C’est même un impératif catégorique. Mais nous que faisons nous ? Rien tout simplement. La génération 80,la salvatrice, la porteuse d’espoir dort sans inquiétude pendant ce temps, elle est dans un mutisme inquiétant et surtout dans une quiétude édénique. Elle a franchit le rubicond de l’insouciance collective en devenant même spectatrice joyeuse de ce nouveau chapitre du film de notre autrefois beau pays. Ce chapitre qui sera peut être celui de son naufrage, soyons en sûrs nul ne sera épargné.                                                                              

Ma génération 80, que  devrais-je donc te dire sans mal dire et te faire (ré) agir ? A toi  que devrais-je dire sans mentir et médire ?  Ma génération 80, parce que nous devons bâtir, et parce que nous ne devons et pouvons trahir. Ma génération 80, parce que ceux qui naquit 40, 30, 20 ans avant toi n’ont pas réussit, et parce que nombreux de ceux qui naquit 10 ans avant toi  n’ont pas rompu les amarres d’avec la facilité, le népotisme, la course folle pour l’argent au prix de l’honneur. Parce qu’ils on choisi l’indignité au mépris des souffrances des ivoiriens que nous sommes. Parce que tout simplement parce que tu es ivoirien tu n’a pas le droit de ne rien faire.  Ceux qui naitront  20, 30, 40 ans après toi  t’interrogerons, tiens en compte. Ma génération 80 lors de cet interrogatoire si présent et futur de ceux et celles qui seront tes fils, tes filles, nièces, neveux et tout simplement tes compatriotes. Tu ne devrais pas avoir le regard de la mère, du père, de la tante  l’oncle pétochard qui n’a rien su et pu faire pour aider son pays : l’héritage qui lui a été confié. Tu dois agir et tu en a la devoir.                                                     

Sais tu que tu es le rempart de la cote d’ivoire ? Ne soit pas je m’en fichiste. Soit en sure personne ne viendra sauver ta ‘’mère’’ a ta place. Comprend le indubitablement, c’est toi qui lorsqu’on voudra encore apporter la graine de ces fruits plantés et muris sous d’autres tropiques que sont le socialisme, le marxisme, le trotskisme, le libéralisme… devra dire : ivoirisme, africanisme. Cette flamme prométhéenne dont a besoin notre ‘’mère’’ et ses enfants est en toi et entre tes mains  et celles de personnes d’autres, encore moins celles hypocrites et ensanglantées de tout ces  ‘’salvateurs’’  mais couards  ‘’bravetchès’’ qui te prêchent cet évangile galvaudé et qui ont fini pas te faire croire qu’ils sont les deu ex machina de  ta vie et de celle de millions d’ivoiriens. Laisseras-tu notre navire saborder ? Sera tu complice de la liquidation de notre ‘’mère’’ ? Non, non, non j’espère.                                                                                   

 Didier, Stéphanie, Cyriaque, Mikael, Mankan, Mohamed, Fatou, Fofana, Cédric, Bénédicte, Elsa… qui devra donc mettre de l’ordre dans ce désordre tous azimut dans lequel vit ta ‘’mère’’ ? L’autre surement pensez-vous. Cet autre qui n’est pas vous, cet autre que vous croyiez être parce que vous n’êtes pas. Cet autre que vous n’avez jamais voulu être, cet autre que vous n’avez jamais su être. L’autre : réponse lâche de nos carences et latences, réponse qui finira par nous donner la potence. Honte à vous pour qui la cote d’ivoire n’est qu’un mistigri de plus. Ma génération 80, regarde autour de toi, regarde cette jeune fille de moins de 14 ans qui s’est spécialisée dans l’art de faire des fellations à des vieux pervers rien que pour pouvoir vivre, regarde cette jeune étudiante qui se prostitue pour pouvoir étudier, regarde cette mère de famille obligé elle aussi de se prostitué pour pouvoir offrir de quoi manger a ses rejetons, regarde ces jeunes garçons aujourd’hui fièrement délinquants, cyber pirates, braqueurs, rebelles, pédophiles. Suit pendant que tu danses et chantes le regard accusateur tel celui de Abel regardant Caen de cet adolescent mort faute de nourriture …N’es tu pas concerné par tout cela ? Suffit t-il d’être directement touché pour agir ? Crois-tu ne point être directement touché ?  Crois tu que tu ne seras jamais touchés ? Malheur à ceux de nos enfants qui grandiront dans ce que sera notre cote d’ivoire si on ne fait rien

Maintenant regarde-toi si coupable, si muet. Regarde-toi, si complice de l’imposture. Regarde-toi minimaliste, regarde-toi eternel intellectuel de salon, grand vitupérateur inaudible, regarde-toi suffisant pensant qu’il suffit d’engranger une tonne de diplômes nécessaires  à satisfaire ta sale et imbue petite gloriole. Regarde toi honteux : pensant qu’il suffit d’un bel emploi, d’une belle maison, de ‘’belle femme’’, d’enfants que tu croiras avoir bien éduqué pour pouvoir être homme. Quand bien même tu auras peut être tout ça, honteux tu seras et honteux tu demeureras parce que ton oasis de ‘’bonheur’’ sera dans un océan de misère.  Génération 80, l’heure n’est plus  à l’écoute des sonorités sur lesquelles on ne peut que danser et chanter. Regarde toutes ses souffrances autour de toi et souviens-toi qu’en toi coule le sang de HOUPHOUET, Sankara, Lumumba, Nkrumah, Martin Luther King, Malcolm X…  Jamais tu n’oublieras que sommeille  dans ton épiglotte la verve chaude, révolté, iconoclastes et ‘’destructrice’’ de tes ‘’pères’’ Senghor, de Damas, Diop. Sort de ta errance et fais tien ces vers réconfortants de Césaire a son peuple   :

 Partir…  j’arriverais lisse et jeune dans ce pays mien et je dirais a ce pays dont le limon rentre dans le limon de la composition de ma  chair : « j’ai longtemps erré et je reviens vers la hideur désertée de vos plaies. » Je viendrais à ce pays mien et je lui dirais : « Embrassez   sans criantes…Et si je ne sais que parler c’est pour vous que je parlerai. » Et je lui dirai encore : « Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix celle des libertés qui s’affaissent au cachot du désespoir.

Alors, agit, vitupère, rentre dans ton dies irae, ne laisse plus personne mettre ton avenir en péril, fait ta mue et débarrasse toi de cet exuvie d’impuissance qui te fait lambiner. Unissons nous, coalisons nous, formons nous, ensemble soyons la ligne avant-gardiste du front du refus de la capitulation de notre état. Réfléchissons tous a ce que nous pouvons et devons faire pour notre pays dans quelque domaine que se soit, pensons a notre pays et a son changement copernicien, nous en avons la force et le devoir.  Notre réussite sera celle de millions d’ivoiriens, et celle d’un nouveau départ. Celui de toutes les promesses, de tous les changements qualitatifs, celui de l’égalité, de la fraternité, celui d’une nation forte unie et prospère. L’inimaginable option de notre échec, je n’ose plus y penser, je préfère l’annihiler. Contrairement a KARL MARX je ne veux pas avoir dit et écrit tout cela que pour sauver mon âme.

                                                                                                                     SAS

 

                                                          

                                                                                                                                                                                                                                       

          

 

 

 

 

Commentaires»

  1. « Chaque génération a une Mission. Le choix lui appartient soit de l’accomplir, soit de la trahir. »
    Je l’ai eue sur la page Facebook de Nicolas Agbohou. Il résume parfaitement ta pensée. Une chose est sûre, notre inertie se transforme en une froideur et une insensibilité que ns paierons au prix fort s’il n’ya pas réveil.

  2. merci pour le commentaire, toi tu as des comptes a me rendre je n’ai plus de tes nouvelles. affaire moi un peu lol. Pour revenir à l’article bon espere notre inertie disparaitra un jour sinon on est foutus,sauf si…

Laisser un commentaire

Le blog des idées non-reçue... |
MoDem de l'Ariège |
Bernard Ramond - Pour que v... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | UNI ...
| Good Morning Africa !
| Amours mauvaises